En pleine conscience (MBSR)

IMG_3168

Depuis une poignée d’année, je mûris un projet fondamental. Je trace ma route, un pas après l’autre, au travers d’une vie parsemée çà et là de petits cailloux, d’obstacles douloureux mais aussi de sérénité et de grands bonheurs. Jour après jour, je tisse un fil précieux mais fragile entre mon corps et ma tête, entre ce que j’ai été et ce que je suis, entre ma peau et mon coeur. Je crois que l’on appelle ça « prendre soin de soi ». Ou, mieux encore, « apprendre à s’aimer », s’aimer sans crainte et sans pudeur et poser sur soi, chaque matin, chaque soir, un regard plein de justesse et de bienveillance. Dans cette quête, j’ai appris à me nourrir, à bouger et à m’exprimer pour mon bien. Et j’avance, petit à petit, j’avance.

IMG_3160

Vous savez, je suis de ceux qui peinent à démêler les pensées qui s’accumulent dans un coin de leurs têtes, ceux qui ont le souffle court parfois, à fleur de peau, les larmes au bord des yeux et des noeuds dans les vertèbres. Et si je fais aujourd’hui de la sérénité, de l’intégrité et de la joie de vivre mes principaux alliés, voyez-vous, c’est parce que je les soigne avec beaucoup de patience, mes toutes petites névroses. Dans cette recherche d’une forme de vérité, j’ai entamé il y a quelques jours un cycle de gestion du stress par la pleine conscience*, un titre derrière lequel se cache, dans le fond, davantage un art de vivre qu’un travail thérapeutique.

Ce soir-là, je grimpe les grands escaliers le coeur plein de questions et pousse la porte blanche pour la première fois. Quelques instants plus tard, nous sommes vingt en quête de sens, assis avec plus ou moins de maladresse sur nos zafus disposés en cercle. Et lorsque vient mon tour d’exprimer les raisons de ma présence ici, je vais à l’essentiel puisque, au fond, je sens que nous sommes tous un peu pareils.

IMG_3153

J’ai prononcé quelques mots à peine mais, dans mon esprit, ils voulaient dire « Le temps file, si vite et si bien qu’il me semble parfois que ma propre vie m’échappe. Autour de moi, il y a ceux qui s’en vont après avoir toujours tout sacrifié pour un demain qui n’arrivera pas, il y a l’incertitude et l’impermanence des choses, il y a le monde qui tourne de travers, il y a la vie qui passe sans qu’on l’habite pleinement, il y a l’esprit un peu trop tendu vers l’avant, un peu trop tourné en arrière, il y a ce qui me tourmente, il y a des choses que je ne maîtrise pas. Pourtant, Dieu que la vie est belle quand on la saisit toute entière. Aujourd’hui, je ressens l’urgence d’être pleinement là, d’habiter l’instant. Et j’ai terriblement hâte d’apprendre à me retrouver en toute sérénité face à moi-même, d’apprendre à être là, d’apprendre à ne plus fuir devant mes mains qui tremblent et mon coeur qui bat. »

Cette aventure de huit semaines promet d’être riche, intense mais également difficile. Je reviendrai dire l’ennui qui me tiraille lorsque je suis allongée sur mon tapis chaque matin, la résistance de mon esprit quand je m’efforce à rester concentrée sur ce que je fais mais aussi, je l’espère, mes progrès dans cette voie très simple et si complexe à la fois.

Et vous, dites-moi, avez-vous déjà tenté la méditation ?

*La méthode MBSR a été mise en place par Jon Kabat-Zinn dans les années 70. Il s’agit d’une méthode encadrée de gestion du stress par la méditation. Le cycle dure 8 semaines et comprend des moments en groupe et beaucoup de pratique individuelle (30 à 45 minutes par jour).

Advertisements

2 comments

  1. J’ai découvert ton blog il a quelques jours et je suis happée par tes mots… je n’arrive pas à m’arrêter de lire, je descends, descends vers les articles les plus anciens.
    Tu as écrit les trois mots qui me terrorisent (l’impermanence, l’imperfection et l’incertitude des choses) et ça fait lumière, soudain. J’ai hâte de lire la suite de ton expérience MBSR.

    1. Oh merci mille fois. J’ai dû faire l’apprentissage de l’impermanence et de l’imperfection, c’était pour moi une vraie nécessité. Je ne pense pas que l’on puisse vivre pleinement serein sans regarder ces réalités-là dans le blanc des yeux. Cela prend du temps, mais accepter qu’il y a tant de facteurs que l’on ne maîtrise pas peut changer la vie.
      Je retournerai lire tes mots à mon tour, ce que j’ai aperçu de ton univers me dit que je risque bien de m’y plaire :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s