A lifetime project

Ces derniers mois, j’ai pensé très fort que rien d’autre n’importait que le moment présent et les projets à venir. Que les souvenirs n’étaient importants que dans la mesure où ils me feraient avancer. Je me suis sentie légère. Libérée de ces toutes petites amarres, j’ai cru mieux percevoir l’infinité de choix qui s’offraient à moi. Jusqu’au jour, proche, où je me suis retournée pour m’assurer qu’elles étaient toujours là, ces amarres, parce qu’elles me manquaient. Parce que j’ai voulu trouver des réponses, parce que j’ai eu besoin de mesurer le chemin parcouru comme on se pince pour s’assurer que tout ça n’était pas qu’un rêve.

Ce matin, j’ai découvert le livre-journal My life story, ou le Livre des 100 ans. Et il m’a sauté au visage comme une évidence. J’ai la chance d’avoir traversé une foule de belles choses, d’avoir vécu des expériences formidables, de jolis moments et d’autres moins rigolos. Empilés les uns sur les autres, ils sont mes balises, mon phare rouge et or. Est-ce à cause du temps qui passe ? Aujourd’hui, je veux me souvenir.

En attendant de me procurer cette petite merveille, je commence ici, alors que 2013 file ses derniers cotons, mon Lifetime Project avec l’année en patchwork qui vient de s’écouler.

baidhalEn 2013, j’ai parcouru le Laos et la Thaïlande de long en large avec G. en janvier et février. J’ai eu deux jobs très différents dans lesquels je n’ai pas su me trouver. A l’aube de 2014, j’explore un peu à l’aveuglette et ai un projet de petite entreprise avec C. J’ai participé à un Color Run et ai pu barrer ce projet de ma bucket list. Je me suis engagée dans l’organisation d’un événement TEDx pour 2014. J’ai vécu des très hauts et des très bas. J’ai reçu des tulipes pour mon anniversaire. J’ai fait des dizaines de guirlandes de mots et ai enfin ouvert une boutique Etsy. J’ai lu bien trop de livres raisonnables à m’en déboussoler complètement. J’ai été convaincue successivement par les régimes sans gluten, sans lactose et végétarien pour revenir, au final, à des convictions plus modérées. Mais je reste une bio-convaincue du frigo à l’assiette. J’ai eu le vertige du haut de mes 25 ans, la tête pleine d’incertitudes malgré cet âge de raison. J’ai fait de la moto pour la première fois. J’ai eu peur de la maladie, de la mort. J’ai goûté pour la première fois au tamarin, au kaki, à la papaye et au banana bread. Je me suis remise au sport. Notre appartement a été cambriolé. J’ai visité pour la première fois Lyon, Chantilly et son château, je suis montée au sommet du Mont Ventoux pour la millième fois, j’ai traversé la Provence et l’Ardèche en été avec G. On a pensé à rendre nos dossiers pour le Visa Vacances Travail Canada avant de donner la priorité à d’autres projets. J’ai fait du rickshaw en plein Bruxelles, une bouteille de champagne à la main. J’ai testé la Tram Experience à Bruxelles. J’ai préféré aller prendre des capuccinos et des latte en journée dans de jolis cafés que du vin et des bières dans les bars le soir. Je me suis trouvée une passion pour les thés verts bios maisons au gingembre frais et en ai bu plus que de raison. (…)

2013 était une belle année, aussi riche que déroutante. Alors, 2014, à nous deux. Je pense qu’on va bien s’entendre, toi et moi.

Et vous, quel est votre rapport aux souvenirs ? 

Advertisements

8 comments

  1. Le livre est hallucinant… Moi j’ai commencé des classeurs à souvenirs. 1 pour chaque année… Tu sais des gros classeurs, genre de bureau, avec le levier et tout. Bah mine de rien ça prend de la place :)

      1. Je me suis fait avoir, je l’ai commandé :)
        Et je me demandais justement…. Pour préserver ce côté intemporal dont tu parles, si j’écris sans ordre, ni chronologique ni d’aucune sorte, comment vais-je faire pour retrouver les pages ensuite (si j’en cherche une en particulier…)
        Rha ! j’suis comme une gamine devant un cadeau de noel :)

      2. Je ne le possède pas encore (il sera en dessous du sapin ;) ) mais il me semble qu’il y a des balises par année. Le but est donc de garder un ordre chronologique. La notion d' »intemporel » fait davantage référence à son caractère unique. Du fait de sa sobriété et de sa praticité, il traverse les années sans jamais vraiment vieillir puisqu’il reste, par nature, inachevé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s