Le bruit de fond

abeautifulmess

Mes pieds ce matin m’ont menée dans la chaleur d’un café. Je commande un capuccino au comptoir « avec du cacao sur le dessus, oui, s’il-vous-plaît, je veux bien » « Bonne dégustation Mademoiselle » « Merci beaucoup ». Je m’installe sur une banquette familière et, au moment de sortir mon ordinateur, je repense, le sourire en tête, à mes années passées à l’Université. Après le premier cours de littérature du matin, on filait avec les copines chez Exki, cinq petites minutes tout juste avant que ne sonne la fin des cafés à 1€. A table se mêlaient les odeurs du Palais des Thés et des cafés serrés, le goût amer des histoires qui sombrent et celui, doux et pétillant, des amours qui s’envisagent, qui voguent doucement, et puis les projets fous pour quand tout ça serait fini. Ouvrir une librairie, partir au bout du monde, reprendre des études, recommencer à zéro.

D’autres jours, je m’y rendais seule. Sur une banquette à l’abri des courants d’air en hiver, à l’ombre de la terrasse en été. Je sortais mes cours et mes bouquins et je me mettais au travail, un léger brouhaha dans les oreilles. Je pense n’avoir jamais si bien travaillé que dans ces conditions de doux désordre et d’animation. J’ai besoin du bruit de fond de ce monde pour mes concentrer et de l’environnement neutre pour mettre les choses en perspective. Lorsque je m’épuisais sans résultat sur un passage de mon mémoire interminable, je quittais la bibliothèque bien trop silencieuse pour rejoindre un univers feutré à l’odeur de café.

Etre seule, mais l’être au milieu des autres. Seuls aussi, parfois, ces autres. « Je prendrai un Thé des Moines, s’il-vous-plaît. » Et puis, ce chocolat à la carotte est fantastique, dans son genre. Je crois que je vais rester encore un peu.

Et vous, est-ce que le bruit de fond d’un café vous aide-t-il à vous concentrer ? Ou, à l’inverse, vous êtes de ceux qui ne comprennent pas « ces hipsters qui squattent chez Starbucks des heures durant » ?

Crédit phot : A beautiful mess . Non mais vous avez vu ce manteau jaune, ce bonnet rouge, cette marinière et ces cheveux blonds ? Je suis dingue de cette association.

Advertisements

4 comments

  1. un café, non, j’y vais très rarement seule,
    mais ça me fait le même effet dans le bus, le brouhaha ne me dérange pas, et c’est dans ces moments là que j’écris / lis le mieux ^^
    Donc je comprend très bien ton point de vue !

    1. Oui, je pense qu’on est nombreux à fonctionner comme ça. A tel point qu’il existe des programmes qui diffusent un bruit de fond de café ou de foule pour aider à la concentration si l’on travaille dans un lieu trop silencieux. Fou non ?

  2. Tout à fait!!!
    J’ai également passé le 3/4 de ma vie d’étudiante sur les terrasses des cafés (quand je ne travaillais pas), et aujourd’hui encore, ce sont des lieux que je trouve magique… Quand j’ai un coup de mou, un manque d’inspiration, un besoin de « respirer », je vais boire un thé (j’aime pas le café) sur un comptoir ou sur une terrasse, un bouquin à la main.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s