Marché bio des Ateliers des tanneurs – Bruxelles

Marchébiotanneurs2
Le bio et moi, on se côtoie sérieusement depuis un peu plus d’un an déjà. Mais depuis mon voyage en Asie, notre relation a gagné en maturité et je dois avouer qu’il fait aujourd’hui partie de mes priorités.

A vrai dire, je dois en partie cette affirmation de mes choix de consommation à la rencontre au Laos d’un français expatrié passionné/ant de 72 ans qui nous a, entre autres conversations fascinantes, guidé au travers du Chiang Mai (Thaïlande) bio accroché à son guidon de scooter. Dès ce moment, nous avons switché de filtre face à la cuisine thaïlandaise (qui, aujourd’hui, est souvent bien meilleure remastérisée à l’occidentale, croyez moi) et je décomptais les jours qui me séparaient de la possibilité de cuisiner chez moi des produits que j’aurais choisi (manger dans la rue et au restaurant pendant quatre mois au quotidien est bien plus idyllique sur le papier que dans la réalité).

Mais le bio, chez nous, il paraît que « ça coûte cher » et que « c’est de l’arnarque », non ? Pas forcément. Si le bio n’est jamais exempt à 100% de traces de produits chimiques ou polluants (en cause, notamment, la pollution contenue dans les sols et la pluie), j’estime qu’en consommant bio je préserve mon organisme d’un bon paquet de pesticides présent dans une bonne part des produits « classiques » et que j’encourage, dans un même mouvement, une agriculture plus responsable (même si, ne soyons pas naïfs, elle est actuellement récupérée de manière pas toujours jojo par les gros acteurs de l’industrie agro-alimentaire). Et si en plus mes fruits et légumes sont cultivéslocalement, j’ai l’assurance de payer un prix juste qui saura alimenter (je l’espère) un circuit court à l’emprunte écologique modérée et au visage plus humain. De plus, pour ne rien gâcher, il semblerait que l’agriculture biologique belge soit particulièrement réglementée et surveillée (entendu dans mon marché de quartier, à confirmer ?).
Du coup, dans l’idéal, j’essaye d’éviter le bio des grandes surfaces (si Delhaize s’en sort vraiment pas mal, chez Carrefour c’est une catastrophe : les fruits et légumes bios sont hors de prix et vraiment insipides) et de privilégier les épiceries bios de mon quartier (Chez Josy & Shanti, entre autres). Mais quand j’en ai l’occasion, je file me balader du côté des Marolles, quartier populaire de Bruxelles où l’on trouve une concentration folle d’antiquaires, pour faire le plein au Marché bio des Tanneurs. Un vaste choix de produits (légumes, fruits, pains, pâtisseries, fromagerie, riz, pâtes, boissons, fruits secs,…) en libre service pour un prix riquiqui. Si si, je vous jure. Aujourd’hui, mes courses « tout bio » m’ont coûté la même chose qu’un panier équivalent en grande surface. Et autant vous dire que c’est autrement bon !
Marché bio des ateliers des tanneurs

58-62, rue des Tanneurs
1000 Bruxelles
Me-Ve 11h30-18h
Sa-Di 10h-16h
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s